Classisme Culture
Nos conseils de livres militants

3/5
Classisme &
Luttes des classes


Roseaux, magazine féministe





Cet article fait partie du dossier "Nos conseils de livres militants".
Lorsque l’on cherche à en savoir plus sur une thématique militante en particulier, on peut vite se sentir perdu·e devant le nombre de livres existants. Par où commencer ? Quels sont les classiques ? Le contenu de ce livre m’est-il accessible, ou est-ce que je ferais mieux d’y revenir plus tard, quand j’en aurai appris plus sur le sujet ? Et comment adapter tout cela à mon budget ?
Nous t’avons concocté une sélection de livres abordant plusieurs sujets et oppressions systémiques. Ils sont classés par thème puis par difficulté, et pour chacun nous t’avons mis un résumé, le prix papier et le prix Kindle. Certains livres sont disponibles gratuitement en ligne, mais tu peux soutenir la maison d’édition en question en achetant quand même le livre, si ton budget te le permet.
Nous ne sommes évidemment pas d’accord avec 100 % du contenu de chaque livre, dont nous avons déjà abordé les aspects problématiques pour certains. Si une partie des livres présentés présentent des aspects problématiques, ils restent néanmoins intéressants et pertinents concernant leurs thèmes principaux.
Si tu penses à un livre que nous n’avons pas cité, tu peux nous le dire en commentaire ! Et si tu penses qu’on s’est trompées sur un livre, par exemple au niveau de la difficulté, tu peux également nous faire signe. Pour chaque livre, nous avons mis le lien du site leslibraires.fr, un site qui permet d’acheter des livres en ligne dans des librairies puis de se les faire livrer, et ainsi de soutenir les librairies indépendantes.
Tu peux lire la liste n°1 sur le sexisme, et la liste n°2 sur l’intersectionnalité et le racisme que nous avons publiées si tu ne les as pas encore lues.

 

 

Classisme / Lutte des classes

 

MOYEN

 

Didier Eribon : Retour à Reims

Après la mort de son père, Didier Eribon retrouve son milieu d’origine avec lequel il avait plus ou moins rompu trente ans auparavant. Il décide alors de se plonger dans son passé. S’attachant à retracer l’histoire de sa famille et la vie de ses parents et grands-parents, évoquant le monde ouvrier de son enfance, restituant son parcours d’ascension sociale, il mêle à chaque étape de son récit les éléments d’une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabrication des identités, la sexualité, la politique, les partis, la signification du vote, etc. Réinscrivant ainsi les trajectoires individuelles dans les déterminismes collectifs, il s‘interroge sur la multiplicité des formes de la domination et donc de la résistance.

Un grand livre de sociologie et de théorie critique.

Kindle : 8,49€
Broché : 18,30€

Acheter ce livre

 

Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon : La violence des riches, chronique d’une immense casse sociale

Sur fond de crise, la casse sociale bat son plein : vies jetables et existences sacrifiées. Mais les licenciements boursiers ne sont que les manifestations les plus visibles d’un phénomène dont il faut prendre toute la mesure : nous vivons une phase d’intensification multiforme de la violence sociale.

Mêlant enquêtes, portraits vécus et données chiffrées, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dressent le constat d’une grande agression sociale, d’un véritable pilonnage des classes populaires : un monde social fracassé, au bord de l’implosion.

Loin d’être l’œuvre d’un « adversaire sans visage », cette violence de classe, qui se marque dans les têtes et dans les corps, a ses agents, ses stratégies et ses lieux. Les dirigeant·e·s politiques y ont une part écrasante de responsabilité. Les renoncements récents doivent ainsi être replacés dans la longue histoire des petites et grandes trahisons d’un socialisme de gouvernement qui a depuis longtemps choisi son camp.

À celleux qui taxent indistinctement de « populisme » toute opposition à ces politiques qui creusent la misère sociale et font grossir les grandes fortunes, les auteur·ice·s renvoient le compliment : il est grand temps de faire la critique du « bourgeoisisme ».

Kindle : 10€
Poche : 11€

Acheter ce livre

 

Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon : La sociologie de la bourgeoisie

Les discours sur l’effort individuel récompensé par le marché, sur les créateur·ice·s d’entreprise nouveaux·lles maître·sse·s du monde, sur les investisseur·e·s institutionnels ou sur la démocratisation des placements financiers escamotent l’existence de la bourgeoisie. Pourtant, aucun milieu social ne présente à ce degré unité, conscience de soi et mobilisation.

Ce livre lève un coin du voile qui recouvre ses mystères et montre ce qui constitue en classe ce groupe apparemment composite. La richesse de la bourgeoisie est multiforme, alliage d’argent, de culture, de relations sociales et de prestige.

Comment les bourgeois·es vivent-iels ? Comment sont-iels organisé·e·s ? La bourgeoisie est-elle menacée de disparition ? Dans quelles conditions ses positions dominantes se reproduisent-elles d’une génération à l’autre ? Quel est le rôle des lignées dans la transmission de ces positions ? La bourgeoisie est-elle la dernière classe sociale ? C’est notamment à ces questions sur cet univers méconnu et qui préférerait le rester que répond ce livre rigoureux et accessible.

Broché : 10€

Acheter ce livre

 

DIFFICILE

 

Pierre Bourdieu : La distinction

Classeurs classés par leurs classements, les sujets sociaux se distinguent par les distinctions qu’ils opèrent – entre le savoureux et l’insipide, le beau et le laid, le chic et le chiqué, le distingué et le vulgaire – et où s’exprime ou se trahit leur position dans les classements objectifs. L’analyse des relations entre les systèmes de classement (le goût) et les conditions d’existence (la classe sociale) qu’ils retraduisent sous une forme transfigurée dans des choix objectivement systématiques (« la classe ») conduit ainsi à une critique sociale du jugement qui est inséparablement un tableau des classes sociale du jugement qui est inséparablement un tableau des classes sociales et des styles de vie.

Kindle : 22,99€
Broché : 32,80€

Acheter ce livre

 

Édouard Louis (dir.) : Pierre Bourdieu, l’insoumission en héritage

Dans cet ouvrage, Annie Ernaux, Didier Eribon, Arlette Farge, Frédéric Lordon, Geoffroy de Lagasnerie, Frédéric Lebaron et Édouard Louis montrent comment la pensée de Pierre Bourdieu continue aujourd’hui à servir d’instrument de critique de la réalité et des inégalités. Les textes rassemblés ne constituent pas un commentaire de l’œuvre de Pierre Bourdieu ; ils montrent ce que Bourdieu a rendu pensable bien au-delà de la sociologie, dans tous les domaines de la création : la littérature, l’art, la philosophie, l’histoire, la politique, etc.

Refusant de tracer une frontière entre le travail intellectuel et l’implication dans l’espace politique, les auteur·ice·s, dans des textes puissants et saisissants (on repense au « contexte émotionnel » dans lequel Bourdieu disait écrire ses livres) utilisent au contraire la pensée comme une boîte à outil et une arme permettant de mettre au jour et de défaire les injustices sociales.

Broché : 12,92€

Acheter ce livre

 

Karl Marx : Le Capital

« J’étudie dans cet ouvrage le mode de production capitaliste et les rapports de production et d’échange qui lui correspondent. […] Il ne s’agit point ici du développement plus ou moins complet des antagonismes sociaux qu’engendrent les lois naturelles de la production capitaliste, mais de ces lois elles-mêmes, des tendances qui se manifestent et se réalisent avec une nécessité de fer.

Au premier abord, la marchandise nous est apparue comme quelque chose à double face, valeur d’usage et valeur d’échange. Ensuite nous avons vu que tous les caractères qui distinguent le travail productif de valeurs d’usage disparaissent dès qu’il s’exprime dans la valeur proprement dite. J’ai le premier mis en relief ce double caractère du travail représenté dans la marchandise. […]

Tant qu’elle est bourgeoise, c’est-à-dire tant qu’elle voit dans l’ordre capitaliste, non une phase transitoire du progrès historique, mais bien la forme absolue et définitive de la production sociale, l’économie politique ne peut rester une science qu’à condition que la lutte des classes demeure latente ou ne se manifeste que par des phénomènes isolés. »

Kindle : 3€
Poche : 11,90€

Acheter ce livre

 

 



SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS POUVEZ SOUTENIR ROSEAUX AVEC UN DON SUR TIPEEE.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *