Culture Societé
Sélection de podcasts militants pour ambiancer tes oreilles 1/4

Actualités, culture & arts


Roseaux, magazine féministe





Cet article fait partie du dossier "Nos conseils de podcasts".

N.B. : évidemment aucun podcast n’est parfait. Il y a des des propos qui ne sont pas safe, des réflexions qui nous semblent parfois trop simplistes et/ou avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Mais tous les podcasts présentés ici nous ont beaucoup plu dans leur globalité.  
N.B. bis : sur certains sujets il existe très peu d’émissions et de podcasts. N’hésites pas à nous dire en commentaire si tu as trouvé la perle rare, nous nous ferons une joie de compléter la liste !

   

C’est l’hiver, il fait froid, la nuit tombe tôt, tu n’as envie de rien à part de ton plaid et d’un bon thermos de thé. Mais tu veux quand même continuer à apprendre des choses en passant un bon moment ? Ou bien c’est l’été et tu bulles dans ton canapé en attendant que la canicule s’arrête enfin ? On s’occupe de tout.
Chez Roseaux on adore les podcasts : on les écoute au boulot, dans les transports en commun, dans la rue, en cuisinant. On s’envoie en permanence ceux qu’on trouve les plus intéressants, alors on s’est dit qu’on allait en faire profiter plus de monde !

 

Pourquoi le format du podcast ? C’est d’abord un format très pratique, pour les personnes entendantes, que tu peux emmener partout avec toi. Mais c’est aussi et surtout une base de données assez incroyable : on y entend des témoignages, des réflexions, des conseils de lecture ou de films et de séries, le tout souvent accompagné de (très) bonne musique. Le bonus : pour chaque podcast ou presque, tu trouveras une bibliographie assez riche, contenant aussi bien les ouvrages cités pendant le podcast que des conseils pour aller plus loin.

Pour découvrir de nouveaux horizons, nous vous proposons également quelques podcasts en allemand et en anglais : ils permettent d’en apprendre plus sur la culture, d’un point de vue militant, des pays germanophones et anglophones, et ils permettent de voir quelles sont les différences et les similitudes avec la situation française. De quoi nourrir encore plus ta réflexion !

Attention, on préfère te prévenir : on devient très vite accroché⋅e aux podcasts !

Dans cette première sélection, des podcasts sur la politique, l’économie, la sociologie, et sur la culture et les arts, qui touchent de près ou de loin au féminisme dans une perspective intersectionnelle.

Dans la deuxième, disponible ici, nous vous proposons des podcasts sur l’afroféminisme et le racisme. Les troisième et quatrième se concentreront sur les thématiques LGBTQ+ et sexistes, puis sur celles de la grossophobie et du validisme.

 

 

ÉCONOMIE / POLITIQUE / SOCIOLOGIE

 

Spla$h

“Le podcast qui jette un pavé dans la mare de l’économie. Deux lundi par mois, Etienne Tabbagh, le prof d’éco le plus cool de France, dénoue sans théories fumeuses, les plus épineuses questions du débat public. À ces questionnements politiquement incorrects que vous n’avez jamais osé formuler à voix haute, Spla$h, apporte des réponses en vingt minutes chrono, grâce à l’économie. La voix d’Etienne Tabbagh est aussi douce que ces questions sont rugueuses.

Ne vous attendez pas à un enchaînement de pourcentages et de calculs incompréhensibles. En allant rencontrer les acteurs du débat, en vulgarisant les dernières avancées des sciences économiques, et en saupoudrant le tout d’une pincée d’humour, il vous rendra ces terres arides aussi riantes et fraîches qu’une calanque marseillaise. Promis.”

On vous recommande notamment les épisodes “L’immigration nuit-elle à l’économie ?” et “Intégrer les personnes en situation de handicap coûte-t-il si cher ? ».

 

Génération XX

“Génération XX est un podcast de conversations avec des femmes qui entreprennent, dans des milieux et à des âges différents. Elles ont en commun d’être passionnées, créatives, imparfaites, inspirées et inspirantes. Chaque épisode vous fera découvrir une nouvelle personnalité et son parcours. Pas de portrait de « wonder woman » ou de modèle à suivre, mais une dose d’inspiration et de motivation pour mener à bien vos propres projets et croire en vos idées.”

On vous conseille l’épisode avec Lucie Basch, fondatrice de “too good to go”, une plateforme qui permet d’éviter le gaspillage alimentaire ; celui avec Mariame Tighanime, fondatrice de « Hijab and the city », un média qui donnait la parole aux femmes musulmanes, puis de  « Babelbag », et de « Babelbusiness », une plateforme pour aider celleux qui veulent se lancer dans l’entreprenariat, et celui avec Myriam Levain, co-fondatrice de “Cheek Magazine”, qui parle du milieu journalistique, de son uniformité, sa précarité. Et enfin celui avec Sarah Azan, co-fondatrice de Babbler, une plateforme qui permet aux entreprises et aux médias de collaborer, dans lequel elle parle des sacrifices à faire entre vie privée et vie professionnelle, et de la pression pour réussir les deux.

 

[NOUVEAU]Relire, relier Foucault, Bourdieu (sur le néo-libéralisme)” dans La suite dans les idées sur France Culture

“À partir du milieu des années 1970, Michel Foucault travaille, entre autre, sur le néo-libéralisme. Ce n’est pourtant que plus de vingt ans plus tard que nous aurons l’occasion de prendre connaissance de ces travaux, avec la publication au début des années 2000 de ses cours au Collège de France. Entretemps , son quasi contemporain, et un bref moment, collègue au Collège de France, Pierre Bourdieu avait, lui aussi, fait du néo-libéralisme l’un de ses objets mais autrement et dans une société et une économie déjà profondément transformées.

Le sociologue Christian Laval a relu attentivement l’un et l’autre pour mieux en comprendre la genèse et la logique et tenter, dans un essai stimulant, d’en apprécier la pertinence aujourd’hui. Dans la deuxième partie de l’émission, il est rejoint par le philosophe Mathieu Potte-Bonneville, spécialiste de Michel Foucault, qui vient de faire paraître un petit volume très littéraire dans lequel il s’agit précisément de re-lire, de re-mettre sur le métier, de Recommencer.”

 

[NOUVEAU] La série de 4 émissions “Les 70 d’Israël : les bougies du désenchantement”, à écouter dans “LSD, La Série Documentaire” sur France Culture.

“Le 14 mai 2018, Israël célèbre son 70e anniversaire. 70 ans que ce petit pays du Proche-Orient focalise tous les regards et les attentions tant le symbole et les enjeux qu’il incarne sont importants. « Sujet » particulièrement clivant, en parler sereinement est presque toujours une gageure. Tantôt ami ou au banc des nations, on ne lui autorise aucune faute ni signe de mauvaise conduite.”

 

[NOUVEAU] “Pierre Bourdieu : “Le musée est important pour ceux qui y vont dans la mesure où il leur permet de se distinguer de ceux qui n’y vont pas””, dans “Les Nuits de France culture”.

“On voit à l’évidence que les gens ne voient que ce qu’ils savent qu’ils peuvent voir. Au fond, dans les enquêtes que nous avons faites, nous avons essayé d’une part de déterminer qui pouvait voir, qui accédait finalement aux œuvres d’art et qui, accédant aux œuvres d’art, savaient les voir. Et on voit que ce sont les mêmes qui savent voir et qui vont voir. Autrement dit pour aller au musée il faut avoir la possibilité de « voir ». […] Les gens qui ne vont pas au musée sont des gens qui s’éliminent de la fréquentation du musée, non pas parce qu’ils ne sont pas doués et non pas parce qu’ils n’ont pas cette grâce que s’attribuent ceux qui vont au musée, mais parce qu’ils n’ont pas appris à regarder les œuvres d’art. Là aussi nous réglons son compte à une illusion très répandue parmi les privilégiés de la culture, l’illusion que la culture, paradoxalement, pourrait être quelque chose d’inné. En réalité l’art de voir est quelque chose d’acquis. Je crois qu’une des fonctions du musée, objective, c’est précisément d’être quelque chose où tout le monde peut aller et où seuls quelques-uns vont. Le musée est important pour ceux qui y vont dans la mesure où il leur permet de se distinguer de ceux qui n’y vont pas.”

 

CULTURE

 

Une série d’émissions consacrée à l’écrivaine Maryse Condé, dans « La compagnie des auteurs » sur France Culture, dont l’œuvre aborde beaucoup la question du racisme

1/4, Une voix singulière : « Elle est une des grandes voix de la littérature française actuelle. A 81 ans, Maryse Condé nous a offert une œuvre riche et multiple, traversant les genres littéraires et les continents. Avec Françoise Vergès, nous revenons sur le parcours singulier d’une auteure insaisissable. »

2/4 , « Quelqu’un qui cherche et qui se cherche » : « Son parcours personnel traverse trois continents, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Dans son œuvre, se reflètent les déceptions, les découvertes, les explorations de ces espaces. Avec Françoise Pfaff nous évoquons le parcours d’une femme en perpétuelle recherche. »

3/4, « En Maryse Condé » : « Maryse Condé entretient des rapports paradoxaux, oscillant entre admiration et rejet, avec les grandes figures de la francophonie, telles que Césaire, Glissant ou Fanon. Refusant perpétuellement les assignations littéraires et les lectures politiques, elle affirme ne parler que par et pour elle-même. »

4/4, « Un principe d’ironie » : « Si son œuvre s’empare de thématiques clivantes, Maryse Condé a toujours déclaré ne pas être une écrivaine engagée. Face aux nombreuses lectures politiques de son travail, elle réaffirme dans ses derniers ouvrages la dimension éminemment personnelle de son propos. »

 

[NOUVEAU] Shirley Souagnon et Océan sur Radio Néo

Une interview croisée de deux humoristes qu’on aime beaucoup, chez Roseaux, Shirley Souagnon et Océan, sur Radio Néo : iels parlent de racisme, d’homosexualité, de pauvreté et d’intersectionnalité.

 

[NOUVEAU] Océan sur France Culture, dans l’émission “Par les temps qui courent” sur France Culture, qui parle de son spectacle très politique “Chatons violents”.

“A la fin des spectacles humoristiques, dans ce que l’on appelle les petites salles, l’artiste revient souvent sur scène en profitant d’une accalmie des applaudissements pour demander au public d’en parler autour de lui. « Parlez en à vos amis vous qui avez aimé, parlez-en à vos ennemis vous qui n’avez pas aimé… » Océan, profite de cet exercice presque imposé pour continuer son spectacle “Chatons violents” et boucler la boucle, en adressant à son public cette dernière blague : « Surtout faites attention à qui vous en parlez ! Je tiens à cet entre soi si confortable. On est d’accord que ceci est un spectacle communautaire. L’objectif étant que nous restions bien entre nous  » En effet si tout le spectacle, à l’affiche depuis plusieurs années, évoque plusieurs formes d’entre soi, de racisme, de fausse ouverture d’esprit, et une catégorie de personnes qu’il appelle les « bon blancs bobos », il décide de pas épargner ceux qui vous écoute, et vous-même.”

 

[NOUVEAU] L’émission “Les Mémoires de Simone de Beauvoir”, à écouter dans “Les Chemins de la philosophie” sur France Culture.

“Hier, paraissait dans la Bibliothèque de la Pléiade, les mémoires de Simone de Beauvoir. Jean-Louis Jeannelle, qui a co-dirigé ces deux volumes revient avec nous sur la place et le rôle de cette femme dans l’histoire.”

 

[NOUVEAU] “Audre Lorde (1934-1992), poète guerrière”, dans “Une vie une œuvre” sur France Culture

Poète noire, féministe, lesbienne, mère, guerrière, Audre Lorde n’a cessé de combattre, dans sa vie, et à travers ses textes, le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes formes d’injustices sociales. Née à Harlem, fille d’immigrés des Caraïbes, Audre Lorde refuse d’être réduite au silence. Toute sa vie, elle encourage les femmes à « transformer le silence en parole et en acte », à puiser au cœur de leurs expériences, de leurs émotions les plus profondes, pour les sublimer grâce à l’écriture. Pour elle, « la poésie n’est pas un luxe, c’est une nécessité vitale » et « le départ de toute action ». Ouvrant ses séances de lectures publiques en lançant : « je vous parle en tant que poète, noire, féministe, lesbienne, mère, guerrière, professeure et survivante du cancer », Audre Lorde aimait affirmer ses identités multiples.

 

[NOUVEAU] “Le Queer pour tous !”, dans “La Suite dans les idées” sur France Culture

“Professeur au MIT, c’est depuis les Etats-Unis que Bruno Perreau observe attentivement la manière dont la République française se trouve ces dernières années bousculée par la Nation Queer. Il est l’invité de La Suite dans les Idées. Et rejoint en seconde partie par l’artiste Phia Menard, dont l’œuvre participe de ce déplacement du regard, de cette révolution épistémologique.”

 

[NOUVEAU] “Quand la création raconte le sida”, dans “LSD, la série documentaire” sur France Culture

Quatre épisodes consacrés à des artistes qui racontent le sida à travers leurs œuvres. “Plus qu’aucune autre maladie, le sida a produit un art de l’intime, un art autofictionnel où des créateurs de toutes disciplines ont utilisé leur vécu le plus personnel de la maladie pour faire œuvre, non seulement de témoignage mais aussi d’affirmation, de combat et de refus de la fatalité. Produites par de jeunes artistes foudroyés et révoltés par l’injustice du sort qui leur est promis, ces œuvres sont à la fois des témoignages et, comme les films de Derrek Jarman ou les pièces de Copi, des manifestes de résistance. Elles sont aussi porteuses, pour nombre d’entre elles — à l’image du Ruban noir de Vincent Borel — d’une énergie vitale folle, où la sexualité et l’étourdissement dans la fête, dans la musique techno, dans les drogues récréatives tiennent une place importante, comme autant d’exutoires face à la catastrophe ambiante…”

 

Le journalisme selon Séverine : ‘Ce que je vais faire maintenant c’est l’école buissonnière de la révolution dans “Les Nuits de France Culture”

Une émission en hommage à Séverine était diffusée en avril 1955. La journaliste qui lutta toute sa vie contre l’iniquité et la misère avait acquis à la fin du 19ème siècle un renom universel. A l’occasion du centenaire de sa naissance, lectures et témoignages retraçaient sa vie.

Ses deux petites filles Jeanne Witta et Denise Chanal racontaient son combat comme journaliste contre l’injustice sociale. Jacques Prévert lisait quelques fragments des articles écrits par Séverine aux moments des accidents de Mines à Saint-Étienne, ainsi que des textes sur des grèves et revendications ouvrières de l’époque.

L’émission datant de 1955, certains propos considérés à l’époque comme élogieux sont en fait totalement sexistes. Mais l’émission a le mérite de nous présenter une femme extraordinaire et inspirante, qui s’est battue contre le sexisme, et contre la pauvreté et la précarité au côtés des opprimé·e·s.

 

PHILOSOPHIE

 

[NOUVEAU] Les Nuits de France Culture : Michel Foucault

« Je me suis demandé si cette analyse en terme tactique, stratégique et positif du pouvoir, que j’avais fait à propos de la prison, si cette analyse on ne pouvait pas la transposer à propos de la sexualité. Et si à propos de la sexualité il ne fallait pas poser plutôt le problème : mais qu’est-ce qu’on fait avec la sexualité ? Qu’est-ce qu’on fait quand on en parle ? Quand on s’intéresse à elle ? A quoi ça sert de s’y intéresser ? De sorte que le problème de l’interdit ne doit pas être le problème premier. »

 

[NOUVEAU] “Expliquez-moi Derrida” dans Les Chemins de la philosophie sur France Culture (4 épisodes)

1/4 : « Benoît Peeters, auteur d’une riche biographie, vient nous raconter ce lecteur toujours au plus près du texte – qui lit Platon comme un auteur de dialogues, ce philosophe socratique qui creuse toujours au plus la question, ce dandy de l’écriture qui a le goût de l’incertitude.  »

2/4 : « Études de genre, post-colonialisme : tout commence avec l’aventure américaine d’un philosophe appelé à devenir l’une des figures majeures de la « théorie française » aux États-Unis à partir des années 1970, Derrida ou, comme le nomment alors familièrement les étudiants américains, « Derridoodle », et de son concept, appelé à devenir un paradigme applicable à tous les objets possibles, la déconstruction – « decon » pour les intimes. François Cusset vous raconte la naissance outre-Atlantique d’une star dont l’héritage suscite encore aux États-Unis bien des appropriations et des polémiques, au point qu’il semble légitime de se demander si l’Amérique, suivant la phrase célèbre de Derrida, ne serait pas finalement la déconstruction. »

3/4 : « Arrêté lors de son voyage en Tchécoslovaquie à cause de son soutien aux intellectuels de l’Est, engagé pour les « sans-papiers » et une hospitalité inconditionnelle, les positions de Derrida sont-elles le signe d’un certain « angélisme » du philosophe – comme le lui reprochera Chevènement ? Jérôme Lèbre nous explique pourquoi selon Derrida l’engagement passe à la fois par la rue et par les textes. »

4/4 : « L’écriture est la mal aimée des philosophes, Platon lui attribue le pouvoir de faire oublier aux hommes ce qu’il savent , Rousseau l’accuse de faire disparaître l’intonation de la voix dans son Essai sur l’origine des langues. Qu’ont-ils tous à accuser l’écriture ? De la Grammatologie (1967) à La Dissémination (1972), en passant par le Monolinguisme de l’autre, (1996), Derrida s’attaque à cette préférence de la philosophie pour la voix, à la difficulté de s’approprier sa propre langue maternelle, et d’y laisser une trace…  »

 

[NOUVEAU] “Michel Foucault” dans Hors Champs sur France Culture (5 épisodes)

A l’occasion de la sortie dans la Pléiade de l’œuvre de Foucault, toute une semaine avec Michel Foucault, il s’agira de penser avec Michel Foucault, grâce à Michel Foucault et d’envisager Michel Foucault demain. Comprendre l’ampleur à la fois intellectuelle, politique, historique et philosophique de son œuvre, sans faire œuvre testamentaire, ni patrimoniale, en tentant de se projeter dans ce présent intense. Une approche disciplinaire entre philosophie, politique, sociologie.

  

MASCULINITE(S), VIRILITE(S)

 

[NOUVEAU] Les couilles sur la table, épisode 19 : pourquoi le sport ça reste un truc de mec ?

Pourquoi le sport reste-il encore aujourd’hui largement une affaire de mecs ? En quoi la culture sportive dominante est-elle une culture viriliste ? Pourquoi ceux qui le pratiquent, ceux qui le regardent, ceux qui gagnent de l’argent avec, ceux qui le dirigent et ceux qui l’enseignent sont-ils encore si souvent des hommes ? Et quel rôle joue le sport dans la construction des masculinités contemporaines ?

 

[NOUVEAU] Comment en finir avec le mythe de la virilité ? par Cheek Magazine

Rencontre avec Olivia Gazalé dans le podcast de “Cheek Magazine”, l’autrice du passionnant essai Le Mythe de la virilité, dans lequel elle déconstruit tous les clichés associés à l’identité masculine. “Pourquoi les hommes sont-ils tout le temps soumis à la pression de la performance ? Pourquoi attend-on d’une femme qu’elle soit douce et maternante et d’un homme qu’il ne pleure jamais ? Et surtout, comment ces injonctions genrées se sont-elles construites à travers les époques ? C’est pour répondre à ces questions et à de nombreuses autres que la philosophe Olivia Gazalé s’est penchée sur le sujet de la virilité dans son dernier livre, passionnant. Le Mythe de la virilité est paru au mois d’octobre, la semaine même où le scandale Weinstein agitait la planète, donnant naissance au mouvement historique #MeToo et à une réflexion collective sur la domination masculine.”

 

[NOUVEAU] “Du corps à l’ouvrage”, dans “Poésie et ainsi de suite” sur France Culture

“Comment écrire la masculinité en 2018 ? Comment tracer un lien entre littérature politique et érotisme ? Homosexualité et marxisme ?”

 

AUTRES

 

[NOUVEAU] Chiffon épisode 93, Alice Pfeiffer, “Il y a une honte de soi qui est extrêmement présente en France”

“Pour ce nouvel épisode, je reçois une journaliste de mode qui s’intéresse autant aux problématiques de genre qu’à Kim Kardashian. Alice Pfeiffer décrypte la mode d’un point de vue sociologique et anthropologique. Pour elle, on peut parler de mode de façon intelligente, politique et engagée car c’est surtout un miroir de notre époque. Elle officie chez Antidote, Radio Nova et Les Inrocks. Dans cet épisode, Alice nous parle de mode, mais aussi de beauté, de notre société, de racisme, de féminisme, du mythe de la Parisienne, qui selon elle, exclut 90 % des femmes. Elle nous dit que la mode est devenue « cynique ». Pour définir l’élégance, elle reprend une citation de Joan Didion : « le style c’est de prendre la responsabilité de son corps et de son esprit ». Vous verrez qu’Alice Pfeiffer est cultivée, passionnée, passionnante qu’engagée et qu’elle ne mâche pas ses mots.”

 

Another Round

Le podcast anglophone de Buzzfeed, animé par deux afro-américaines, Heben Nigatu et Tracy Clayton. Chaque épisode contient une partie sur les actualités, une interview avec un-e invité-e qui déchire, et une partie “drunken debates” (“débats alcoolisés”) très drôle. Gros coup de coeur pour ce podcast, dont nous vous recommandons l’épisode 13 avec Roxane Gay comme invitée.

 

 



SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS POUVEZ SOUTENIR ROSEAUX AVEC UN DON SUR TIPEEE.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *