Culture
Sélection de podcasts militants pour ambiancer ton hiver 1/2

Divers, Grossophobie & LGBTQ+




N.B. : évidemment aucun podcast n’est parfait. Il y a des des propos qui ne sont pas safe, des réflexions qui nous semblent parfois trop simplistes et/ou avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Mais tous les podcasts présentés ici nous ont beaucoup plu dans leur globalité.

N.B. bis : sur certains sujets il existe très peu d’émissions et de podcasts. N’hésites pas à nous dire en commentaire si tu as trouvé la perle rare, nous nous ferons une joie de compléter la liste !

C’est l’hiver, il fait froid, la nuit tombe tôt, tu n’as envie de rien à part de ton plaid et d’un bon thermos de thé. Mais tu veux quand même continuer à apprendre des choses en passant un bon moment ? On s’occupe de tout.
Chez Roseaux on adore les podcasts : on les écoute au boulot, dans les transports en commun, dans la rue, en cuisinant. On s’envoie en permanence ceux qu’on trouve les plus intéressants, alors on s’est dit qu’on allait en faire profiter plus de monde !

 

Pourquoi le format du podcast ? C’est d’abord un format très pratique, pour les personnes entendantes, que tu peux emmener partout avec toi. Mais c’est aussi et surtout une base de données assez incroyable : on y entend des témoignages, des réflexions, des conseils de lecture ou de films et de séries, le tout souvent accompagné de (très) bonne musique. Le bonus : pour chaque podcast ou presque, tu trouveras une bibliographie assez riche, contenant aussi bien les ouvrages cités pendant le podcast que des conseils pour aller plus loin.

Pour découvrir de nouveaux horizons, nous vous proposons également quelques podcasts en allemand et en anglais : ils permettent d’en apprendre plus sur la culture, d’un point de vue militant, des pays germanophones et anglophones, et ils permettent de voir quelles sont les différences et les similitudes avec la situation française. De quoi nourrir encore plus ta réflexion !

Attention, on préfère te prévenir : on devient très vite accroché⋅e aux podcasts !
Dans la liste de cette semaine, des podcasts en vrac, sur la grossophobie et sur les thématiques LGBTQ+. La semaine prochaine, nous vous proposerons des podcasts sur le sexisme, racisme et validisme.

 

 

DIVERS

Spla$h

“Le podcast qui jette un pavé dans la mare de l’économie. Deux lundi par mois, Etienne Tabbagh, le prof d’éco le plus cool de France, dénoue sans théories fumeuses, les plus épineuses questions du débat public. À ces questionnements politiquement incorrects que vous n’avez jamais osé formuler à voix haute, Spla$h, apporte des réponses en vingt minutes chrono, grâce à l’économie. La voix d’Etienne Tabbagh est aussi douce que ces questions sont rugueuses.

Ne vous attendez pas à un enchaînement de pourcentages et de calculs incompréhensibles. En allant rencontrer les acteurs du débat, en vulgarisant les dernières avancées des sciences économiques, et en saupoudrant le tout d’une pincée d’humour, il vous rendra ces terres arides aussi riantes et fraîches qu’une calanque marseillaise. Promis.”

On vous recommande notamment les épisodes “L’immigration nuit-elle à l’économie ?” et “Intégrer les personnes en situation de handicap coûte-t-il si cher ? ».

 

Génération XX

“Génération XX est un podcast de conversations avec des femmes qui entreprennent, dans des milieux et à des âges différents. Elles ont en commun d’être passionnées, créatives, imparfaites, inspirées et inspirantes. Chaque épisode vous fera découvrir une nouvelle personnalité et son parcours. Pas de portrait de « wonder woman » ou de modèle à suivre, mais une dose d’inspiration et de motivation pour mener à bien vos propres projets et croire en vos idées.”

On vous conseille l’épisode avec Lucie Basch, fondatrice de “too good to go”, une plateforme qui permet d’éviter le gaspillage alimentaire ; celui avec Mariame Tighanime, fondatrice de « Hijab and the city », un média qui donnait la parole aux femmes musulmanes, puis de  « Babelbag », et de « Babelbusiness », une plateforme pour aider celleux qui veulent se lancer dans l’entreprenariat, et celui avec Myriam Levain, co-fondatrice de “Cheek Magazine”, qui parle du milieu journalistique, de son uniformité, sa précarité. Et enfin celui avec Sarah Azan, co-fondatrice de Babbler, une plateforme qui permet aux entreprises et aux médias de collaborer, dans lequel elle parle des sacrifices à faire entre vie privée et vie professionnelle, et de la pression pour réussir les deux.

 

Another Round

Le podcast anglophone de Buzzfeed, animé par deux afro-américaines, Heben Nigatu et Tracy Clayton. Chaque épisode contient une partie sur les actualités, une interview avec un-e invité-e qui déchire, et une partie “drunken debates” (“débats alcoolisés”) très drôle. Gros coup de coeur pour ce podcast, dont nous vous recommandons l’épisode 13 avec Roxane Gay comme invitée.

 

Grossophobie

 

Nous n’avons pas trouvé de podcasts faits par et/ou consacrés aux personnes grosses en français, seulement en anglais. Mais quelques podcasts francophones y ont consacré un épisode.

Grand bien vous fasse : Notre société déteste-t-elle les gros ?

“Et ce matin, on se demande si nous détestons les gros ? Pourquoi la discrimination anti-gros reste plus que jamais ancrée dans tous les pans de la société ? Quelle responsabilité collective dans la situation des personnes obèses qui ont du mal à trouver un emploi, qui ont une mauvaise estime de soi ou qui ont du mal à s’insérer socialement ? Coup de projecteurs ce matin sur les discriminations infligés au gros par le corps médical, les employeurs, les médias ou encore nous tous collectivement, par nos regards parfois peu bienveillants, dans la rue ou ailleurs… Comment les personnes obèses vivent-elles dans une société qui a fait de la minceur un paradigme ?”

 

Un podcast à soi : Le gras est politique

“Elles sont grosses et discriminées pour cela. Ce sont des remarques, des regards, des insultes, des commentaires. C’est un patron de restaurant qui, lors d’un entretien, vous annonce qu’il ne peut vous embaucher parce que vous dissuaderiez les client-e-s de commander un dessert. C’est un-e médecin qui passe à côté du bon diagnostic, car iel  estime que tout est lié à votre poids. C’est un-e amant-e qui n’ose pas s’afficher à vos côtés.

Dans ce troisième épisode d’Un podcast à soi, elles racontent avec puissance leur quotidien et leur recherche de liberté. Leurs récits bouleversants interrogent notre rapport aux normes esthétiques et alimentaires, et donnent à comprendre pourquoi la grossophobie est un enjeu féministe.”

Charlotte Bienaimé invite Gras politique pour parler grossophobie et comment elle impacte leur quotidien, les violences médicales. avec Lucie, Olga, Daria et Eva, du collectif Gras Politique, et Solenn Carof, sociologue (voir ses publications ici).

Dans le genre de Gabrielle Deydier

Ce dimanche, Géraldine Sarratia reçoit l’auteur et journaliste Gabrielle Deydier. Elle a sorti il y a quelques mois « On ne naît pas grosse », récit immergé et enquête journalistique sur la réalité de sa vie de femme de 150kg pour 1m53. Repris par le NY Times, le Guardian et le Times, son livre, qui va faire l’objet d’une adaptation BD et télévisée, a ouvert le débat en France sur une discrimination encore mal reconnue : « la grossophobie ».

 

En anglais :

The fat lip

“The Fat Lip is a podcast for and about fat people. In some ways fat people are living in a different world than our thin and average-sized peers. Our lives and our experiences are influenced by our fatness all the time, but the outside reactions to fatness can really fuck us up. On a daily basis we are exposed to media that tells us that we’re not worthy of representation and a multi-billion dollar diet industry that is happy to take our money (for products that are proven to not work) while barely disguising its disgust at our very existence. It’s gross, and we’re over it !

TFL strives to be fat positive in a world that often isn’t. We are proud supporters of radical self-love and the fierce defense of your body autonomy.  Fat is not an indicator of health or fitness, and health and fitness aren’t moral imperatives anyway. You don’t have to justify your body or your health to anyone !”

Fat lip est un podcast quasi mensuel fait par et pour des personnes grosses, un point important, plusieurs épisodes ont des transcripts ( !), très utiles pour les personnes malendantes ou sourdes pour qui le contenu des podcasts est la plupart du temps inaccessible. On a bien aimé l’épisode 34 qui parle de la grossophobie dont Donald Trump a été victime récemment, puis du débat sur les retouches Photoshop (retouche des vergetures, des rides etc.), qui ne sont au final qu’une victoire pour les femmes cis, minces, blanches et valides, car la représentation affichée, bien que non retouchée, reste très normée ; l’épisode 33, qui est un guide pour survivre pendant les fêtes avec la grossophobie de vos proches ; et l’épisode 9 qui parle de la différence entre fat positivity et body positivity, et de la récupération par les personnes minces blanches du hashtag body positivity.

 

LGBTQ+

 

Coming in : comment je me suis acceptée (sur Arte Radio)

“Visiblement, la terre entière le savait avant elle : Elodie est homo. Encore aujourd’hui, on lui demande comment s’est déroulé son coming-out. Alors que le plus dur n’est pas forcément de le dire aux autres. Ca peut être surtout de se le dire à soi. A travers des extraits de son journal intime, les témoignages de ses proches et des sons rigolos, Elodie raconte un changement progressif de regard. Un chemin vers soi qui passe par le déni, la peur, les idées noires, et mène à l’acceptation.”

 

Aimer à 20 ans : l’an dernier je suis tombée amoureuse (sur Arte Radio)

“Je m’appelle Sophie, j’ai 20 ans et j’aime bien écrire des trucs. Dans mon école, on nous a demandé de raconter une histoire, quelque chose qui nous était arrivé à nous et à personne d’autre. Puis de la dire devant tout le monde. J’ai décidé de raconter mon histoire d’amour.

Sophie Andry, 20 ans, est étudiante à l’école W. Elle a performé ce récit sur scène dans le cadre d’un workshop du Live Magazine.”

Homomicro
Résolument queer, subversif, et dans une perspective intersectionnelle, Homomicro aborde de nombreux sujets au cours de chaque émission : présentation, visite des deux librairies queer féministes de Paris avec interviews à la clé ; football féminin, homonationalisme et annulingus (réussi).

Attention, les chroniques cul ne sont pas à mettre entre toutes les oreilles, et zéro tabou garanti.

Gouinement lundi

“Gouinement Lundi, l’émission féministe au prisme lesbien, bi et trans, animée par Lila et Juliette, en partenariat avec l’Inter-LGBT et SOS Homophobie.” Tous les quatrièmes lundis du mois, hébergé par HomoMicro.

Gros coup de coeur pour ce podcast mensuel, et difficile donc de ne sélectionner que quelques épisodes. Mais pour vous donner envie, nous vous recommandons celui sur les sex party et la prévention sexuelle, celui sur le sexisme et les queerphobies au travail, et celui sur le cinéma LBT (lesbien, bi, trans).

 

Plurielgay

Une émission LGBTQ+ lyonnaise hebdomadaire. Les émissions sont très bien préparées et accueillent souvent des invité⋅e⋅s de marque pour des discussions passionnantes.

On vous conseille l’émission sur la situation et le traitement des migrant-e-s, réfugié-e-s et demandeur-se-s d’asile queer en France et dans le monde, celle sur la nécessité et les façons de préserver la mémoire et l’histoire queer, et celle sur la présentation du livre, assez controversé au sein de la communauté, “Les homophobes sont-ils des enculés ?”.

 

Radiorageuses

“RadioRageuses : une nébuleuse d’émissions de radio de femmes, de gouines, de trans et de féministes. FortEs, solidaires et en colère.

Depuis plusieurs années des émissions de radio féministes francophones existent sur de nombreuses antennes associatives et militantes. RadioRageuses est une plateforme créée en 2009 qui rassemble ces émissions pour créer une dynamique collective, se soutenir et échanger. RadioRageuses est un espace non-mixte féministe de Meufs et de Gouines (trans et cis) et de Trans ; un outil de lutte contre le patriarcat, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, la misogynie, les normes de genre.”

Chez RadioRageuses, on trouve de nombreuses émissions. On vous recommande notamment : Dégenré-e (actualités féministes), On est pas des cadeaux (sur les luttes queer), Comme un poisson sans bicyclette (féminisme), Fréquence Furies Furieuses (féminisme), et La fille à la fenêtre (sur la littérature écrite par les femmes).

 

Moi asexuelle

“Un podcast au sujet de l’asexualité. Des entrevues, des discussions et on répond à vos questions.”

Un doux accent québécois. On a aimé l’épisode “Julien : Asexuel Homo-romantique”, avec Julien qui raconte son coming out, sa vie, son militantisme ; et l’épisode 2, qui explique les bases de l’asexualité et de l’aromantisme.

 

Table ronde AJL/CIA sur le traitement médiatique des questions intersexes   

Le Collectif Intersexes et Allié-e-s (CIA) est lancé officiellement ce mardi 8 novembre 2016, Journée Internationale de la Solidarité Intersexe.

Il se définit comme un collectif LGBTIQ+//MOGAI, féministe inclusif, auto-organisé, à l’échelle du territoire français. Il se reconnaît dans le cadrage politique de l’Organisation Internationale des Intersexes, sans s’y rattacher formellement, ainsi que dans la déclaration de Malte et dans celle de Riga. Ce podcast contient une table ronde sur le traitement médiatique des questions intersexes, avec l’association des journalistes LGBT et l’association intersexes et allié-es.

 

En anglais :

Finding Intersex

“As a teenager Jackie Green was told she would most likely never meet someone like her, someone who is intersex. Now as an adult Jackie is on a mission to find others who are intersex and help share their stories. Each episode Jackie meets someone new with an intersex variation and they talk about their experiences being intersex and more.”

 

Transgeneral

Transgeneral est un podcast anglophone abordant des questions autour de la transidentité. Charlotte et Chelsey parlent de genre, de dysphorie de genre, de non-binarité, du regard des autres, etc. Dans une ambiance drôle et bienveillante, toutes ces notions sont abordées de manière également accessible aux personnes pas (encore) calées sur le sujet.

C’est une émission qui s’adresse à la fois aux concerné⋅e⋅s, et aux non concerné⋅e⋅s qui cherchent à s’informer pour être de meilleur⋅e⋅s allié⋅e⋅s, chacun⋅e peut donc y trouver son compte. Le plus : plusieurs points de vue sont présentés pour chaque thème, et il est souvent précisé qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises personnes trans, mais juste des personnes et ce qu’elles vivent et ressentent.

Le plus : chaque fois que c’est nécessaire, les trigger et content warning sont précisés dès l’introduction de l’épisode.

On recommande : l’épisode “Dysphoria 101”, “We’re back and bathroom bills suck”, et “Drunk review 1 : Priscilla, queen of the desert”.